Actualités

Conseil Départemental Haute-Marne le robinet des finances bouché

Conseil départemental Haute Marne subventions robinet bouché pour aider deux haut marnaises à avoir leau potable

Si les millions pleuvent pour le parc Animal Explora, pour les mineurs non accompagnés, pour les publicités à Paris ou pour verser de confortables honoraires à destination de cabinets d’audit en tous genres. 

Le robinet des finances de la majorité du Président Lacroix est bouché lorsqu’il s’agit d’alimenter en eau potable deux Haut-Marnaises résidentes de la commune de Soyers.

Nous vous encourageons à lire l’article de FR3 Grand-Est qui est très détaillé.

8500 € pour avoir l'eau potable

 

 Agitation politique pas de vague en période préélectorale ?

À la lecture de l’article à souligner l’intervention de Bruno Sido qui souhaite voir le conseil départemental faire un geste !

Les miracles sont souvent au rendez-vous en période électorale.

Pour ce qui est de la promotion de la Haute-Marne nous avons relevé dans l’article les déclarations du Maire du village

« Elles ont choisi de vivre loin du bourg, de s’isoler, poursuit l’élu, il fallait y penser avant ! »

À « bon entendeur salut. »

Une véritable invitation a inspiré et respirer, mais loin de la Haute-Marne.


logo Le Journal Citoyen de Haute Marne la revue de presse impertinente

La réponse de Monsieur "en haut lieu" est-ce Nicolas Lacroix ?

« Nous n’avons pas le droit d’allouer davantage de fonds publics à des fins privés. Ces travaux ne présentent pas d’intérêt collectif. Si elles veulent être raccordées au réseau d’eau, les deux propriétaires doivent trouver une solution pour payer leur reste à charge. »


Pays merveilleux que cette France au grand cœur ?

Quel pays merveilleux que cette France au grand cœur, qui racheta des hôtels « Formule 1 » pour accueillir en 2015 des migrants, mais qui n’a pas les moyens de loger ses SDF ou d’alimenter en eau potable 300 000 Français en 2021 ?

"Charité bien ordonnée commence par .."  citoyens complétez la suite merci.

Nous vivons une époque formidable

Le Citoyen